Shinedown au Cabaret Sauvage le 09 Novembre

Shinedown + Starset + Press To Meco, 09/11 @ Cabaret Sauvage

 Cela fait presque 10 ans que Shinedown n’a pas donné de concerts en tête d’affiche en France. Le dernier passage du groupe remonte au 13 Novembre 2009 ! Après cette date, il a fallu attendre jusqu’en 2016, et encore, les fans on dû se contenter de set en festivals. Alors quand Shinedown a annoncé ce concert au Cabaret Sauvage, les fans se sont empressés de prendre leurs tickets.

Malgré le vent glacial qui souffle à travers le parc de la Vilette, il y a déjà des fans qui attendent devant la salle, emmitouflés dans des couvertures, et ce depuis déjà 14 heures !

Notons le mauvais coup de l’organisation du Cabaret Sauvage qui, au moment de poser les barrières vers 18 heures annonce que la file d’attente se fera de l’autre côté duquel elle se faisait depuis déjà presque 4 heures. La plupart des fans arrivés les premiers se retrouvent désormais derrière… Il aurait été plus judicieux de nous prévenir avant les gars.

A 18h30 les portes s’ouvrent et les fans se précipitent à l’intérieur, les premiers rangs se remplissent vite, en fait au bout d’une heure on ne circule déjà plus dans la salle. Le Cabaret Sauvage n’affiche pas totalement complet, mais c’est une belle performance de la part du groupe.

Peu à peu les lumières s’éteignent et Press To Meco monte sur scène, et le trio réussi à conquérir le public. En effet ils ne sont que 3 mais le rendu est puissant.

Vient ensuite Starset. Il auraient pu avoir une formation musicale normale, mais ils ont décidé d’avoir 2 violoncellistes, et de porter des casques d’astronautes. Cet hybride entre Apocalyptica et Daft Punk nous emmène dans une boite de nuit qui serait situé en plein milieu de la galaxie. En effet, la musique est un mélange d’électro, de rock, avec des instruments à cordes, où se mêle un décor et des tenues tout droit sortis de Gravity ou d’un bon Star Wars. Beaucoup de fans présents connaissent les paroles et se chauffent la vox sur cette première partie, qui on peut l’admettre, fait monter l’ambiance dans le Cabaret Sauvage.

Le temps de refaire quelques réglages (une petite pensée à l’ingénieur du son, qui a dû véritablement tourner le volume à 11, parce que c’était diablement fort) et l’intro de Shinedown retenti à plein régime dans la salle. On aperçoit Barry le batteur qui se glisse derrière la batterie et quelques secondes plus tard « Devil » est lancé, et le groupe s’approprie la scène. On a peu de temps pour réaliser ce qu’il se passe, 4 monstres occupant la scène, dont un front-man qui pourrait à lui seul diriger une foule entière. A peine le morceau terminé et le groupe enchaîne avec le puissant « Diamond Eyes » qui rallie véritablement les fans, en effet la fosse se transforme en une masse unie, qui saute toute en même temps, le poing levé. Après un « Cut The Cord » très efficace, vient le tour de « Kill Your Conscience », « I’ll Follow You » et « Unity » qui font légèrement redescendre la pression. apRÈS « Bully » vient ensuite le temps de « Get Up » dernier single en date du groupe, et morceau le plus pop, issu de leur dernier album Attention Attention. Brent profite de ce moment léger pour demander aux fans de tous reculer de quelques pas, et distribue des bouteilles à ceux à ceux qui en ont besoin. C’est vrai qu’il fait terriblement chaud dans le Cabaret Sauvage ! Le chanteur Brent revient ensuite en force en proposant aux fans de se préparer pour la chanson suivante. En effet, pendant Enemies, l’hystérie est totale. Pour « State Of My Head » Brent demande au public de tous allumer la lampe de leur téléphone, pour complètement illuminer la salle : effet garanti ! Viennent ensuite l’énergique « Black Soul » et le classique « Second Chance », ce dernier morceau étant le plus grand single du groupe, issu de l’album « The Sound Of Madness ».Zach le guitariste et Brent, reviennent ensuite pour une performance acoustique. En effet, chaque soir ils choisissent une chanson qu’ils jouent rarement en live et la refont de façon acoustique, et ce soir à Paris, nous avons le droit à « Amarillys » issu de leur 4ème album studio éponyme. Suite à la demande du public, le groupe interprète même une chanson non prévu originalement sur la setlist ! « 45 » issu du premier album « Leave A Whisper », un vrai plaisir. Les musiciens prennent ensuite une pause mais la guitare acoustique reste sur scène, et nous savons que c’est le moment du traditionnel « Simple Man » (reprise de Lynyrd Skynyrd. Zach, Brent et Eric reviennent donc pour interpréter « Simple Man » en l’honneur du père de leur photographe officiel, décédé le jour même. Ce dernier monté sur scène pour prendre des clichés, versera sa petite larme face à la salle qui chante les paroles à plein poumons.

Malheureusement le concert touche à sa fin, vient le classique « Sound Of Madness » et le tout nouveau « Brilliant » issu du dernier album. Le chanteur remercie les fans, les musiciens lancent setlist, médiators, baguettes de batteries et autres goodies, et tout le monde rentre chez soi.

1h40 de concert pour les américains de Shinedown, c’est toujours un peu court, mais quand on est fan et qu’on ne les a pas vu depuis 10 ans c’est un vrai plaisir !

A la prochaine fois Shinedown ! Peut-être en festival sûrement…

Setlist :

  • Devil
  • Diamond Eyes
  • Cut the Cord
  • Kill Your Conscience
  • I’ll Follow You
  • Unity
  • Bully
  • Get Up
  • Enemies
  • State of my Head
  • Black Soul
  • Second Chance
  • Amarillys (acoustique)
  • 45
  • Simple Man
  • Sound of Madness
  • Brilliant