Sound Of Madness (traduction)

Brent : Quand tu déclares un état d’esprit comme celui-ci, quand tu dis, j’ai crée le son de la folie… Si tu rentres dans une pièces remplie de gens et que tu dis ça, il te remercieront juste. Et c’est vrai ! Car nous le créons tous, la folie n’est pas une mauvaise émotion, car cela te permet de savoir que tu es en vie. Tout le chaos dans ta vie te pousse à te connaître vraiment et à savoir qui tu es.

Paroles + Clip

Le son de la folie

Oui, j’ai compris
Tu n’es qu’un paria
Toujours dans le feu de l’action
Arrivant toujours en dernier
Ramenant le passé
Personne ne te doit quoi que ce soit
Je crois que tu aurais besoin d’une correction
D’un bon coup de pied dans le cul
Si paranoïaque…
Surveille tes arrières !!

Alors, nous y voilà…

Un autre crétin devenu bipolaire
Touchant le fond, pas moyen de descendre plus bas,
Les sables mouvants n’ont pas beaucoup d’humour,
Je ris toujours comme un dément
Tu crois que pleurer pour moi
Et me regarder tellement désolé, va me faire croire
Que tu as été infecté par un problème social ?
Alors, prends tes médicaments !

J’ai créé le son de la folie
Écris le livre de la douleur
Mais en quelque sorte je suis toujours là,
Pour expliquer,
Que l’heure la plus sombre n’est jamais celle de la nuit
Tu peux dormir avec un fusil sous ton oreiller
Mais quand te lèveras-tu et combattras-tu … pour toi même ?

Je suis si malade de cette mentalité de pierre tombale
S’il y a une vie après la mort
Alors je te libèrerai
Mais je ne séparerai pas les eaux
Tu n’es qu’un croyant unique de ta propre prophétie
Tu crois que pleurer pour moi
Et me regarder tellement désolé, va me faire croire
Que tu as été infecté par un problème social ?
Alors, prends tes médicaments !

J’ai créé le son de la folie
Écris le livre de la douleur
Mais en quelque sorte je suis toujours là,
Pour expliquer,
Que l’heure la plus sombre n’est jamais celle de la nuit
Tu peux dormir avec un fusil sous ton oreiller
Mais quand te lèveras-tu et combattras-tu … pour toi même ?

J’ai créé le son de la folie
Écris le livre de la douleur
Mais en quelque sorte je suis toujours là,
Pour expliquer,
Que l’heure la plus sombre n’est jamais celle de la nuit
Tu peux dormir avec un fusil sous ton oreiller
Mais quand te lèveras-tu et combattras-tu … pour toi même ?

12226

Publicités